Ll CONTES DEL GRAAL
 
Qui petit seme petit quialt,			[f° 361 a]
et qui auques recoillir vialt,
an tel leu sa semance espande
que fruit a cent dobles li rande;			4
car an terre qui rien ne vaut
bone semance i seche et faut.
Crestïens seme et fet semance
d'un romans que il ancomance,			8
et si le seme an si bon leu
qu'il ne puet estre sanz grant preu,
qu'il le fet por le plus prodome
qui soit an l'empire de Rome:			12
c'est li cuens Phelipes de Flandres,
qui mialx valt ne fist Alixandres,
cil que l'an dit qui tant fu buens.
Mes je proverai que li cuens			16
valt mialz que cist ne fist asez
car il ot an lui amassez
toz les vices et toz les max
dont li cuens est mondes et sax.			20
Li cuens est tex que il n'escote
vilain gap ne parole estote,
et s'il ot mal dire d'autrui,
qui que il soit, ce poise lui.			24
Li cuens ainme droite justise
et leauté et Sainte Iglise,
et tote vilenie het,
s'est plus larges que l'an ne set,			28
qu'il done selonc l'Evangile,
sanz ypocrisye et sanz guile,
qui dit: ne saiche ta senestre
le bien, quant le fera la destre,			32
Cil le saiche qui le reçoit,
et Dex, qui toz les segrez voit
et set totes les repostailles
qui sont es cuers et es antrailles.			36
L'Evangile, por coi dit ele:
« Tes biens a ta senestre cele ? »
La senestre, selonc l'estoire,
senefie la vainne gloire				40
qui vient de fause ypocrisie.			b]
Et la destre, que senefie ?
Charité, qui de sa bone oevre
pas ne se vante, ençois la coevre,			44
que nus ne le set se cil non
qui Dex et Charité a non.
Dex est charitez, et qui vit
an charité, selonc l'escrit,				48
sainz Pos lo dit et je le lui,
il maint an Deu et Dex an lui.
Donc sachoiz bien de verité
que li don sont de charité				52
que li bons cuens Felipes done,
c'onques nelui n'an areisone
fors son franc cuer le debonere,
qui li loe le bien a fere.				56
Ne valt mialz cil que ne valut
Alixandres, cui ne chalut
de charité ne de nul bien ?
oïl, n'an dotez ja de rien.				60
Donc avra bien sauve sa peinne
Crestïens, qui antant et peinne
a rimoier le meillor conte,
par le comandement le conte,			64
qui soit contez an cort real:
ce est li contes del graal,
don li cuens li baille le livre,
s'orroiz comant il s'an delivre.			68
 
 Ce fu au tans qu'arbre florissent,
fueillent boschaige, pré verdissent,
et cil oisel an lor latin
dolcemant chantent au matin 			72
et tote riens de joie anflame
que li filz a la veve dame
de la Gaste Forest soutainne
se leva, et ne li fu painne				76
que il sa sele ne meïst
sor son chaceor et preïst
.III, javeloz, et tot ensi
fors del manoir sa mere issi,			80
et pansa que veoir iroit
hercheors que sa mere avoit,
qui ses aveinnes li herchoient;
bués .XII. et sis hierches avoient.			84
Ensi an la forest s'an antre,          [c]
et maintenant li cuers del vantre
por le dolz tans li resjoï
et por le chant que il oï				88
des oisiax qui joie feisoient:
totes ces choses li pleisoient.
Por la dolçor del tans serain
osta au chaceor son frain,				92
si le leissa aler peissant
par l'erbe fresche verdeant;
et cil qui bien lancier savoit
des javeloz que il avoit				96
aloit anviron lui lançant,
une ore arriere et altre avant,
une ore an bas et altre an haut,
tant qu'il oï par mi le gaut			100
venir .v. chevaliers armez,
de totes armes acesmez;
et mout grant noise demenoient
les armes a ces qui venoient,			104
car sovant hurtoient as armes
li rain des chasnes et des charmes.
Et tuit li hauberc fremissoient,
les lances as escuz hurtoient,			108
sonoit li fuz, sonoit li fers
et des escuz et des haubers.
Li vaslez ot et ne voit pas
ces qui vienent plus que le pas,			112
si s'an mervoille et dit: « Par m'ame,
voir me dist ma mere, ma dame,
qui me dist que deable sont
plus esfreé que rien del mont;			116
et si dist, por moi anseignier,
que por aus se doit an seignier.
Mes cest anseing desdaignerai,
que ja voir ne m'an seignerai,			120
einz ferrai si tot le plus fort
d'un des javeloz que je port
que ja n'aprocheront de moi
nus des altres, si com je croi. »			124
Ensins a lui meïsmes dist
li vaslez einz qu'il les veïst.
Et quant il les vit en apert,
que del bois furent descovert,			128
et vit les haubers fremianz			[a]
et les hiaumes clers et luisanz,
et vit le vert et le vermoil
reluire contre le soloil,				132
et l'or et l'azur et l'argent,
se li fu mout et bel et gent.
Lors dist: « Ha ! sire Dex, merci !
Ce sont ange que je voi ci.			136
Hé ! voir, or ai ge mout pechié,
or ai ge mout mal esploitié,
qui dis que c'estoient deable.
Ne me dist pas ma mere fable,			140
qui me dist que li ange estoient
les plus beles choses qui soient
fors Deu, qui est plus biax que tuit.
Ci voi ge Damedeu, ce cuit,			144
car un si bel an i esgart
que li autre, se Dex me gart,
n'ont mie de biauté le disme.
Et si dist ma mere meïsme			148
qu'an doit Deu croire et aorer
et soploier et enorer,
et je aorerai cestui,
et toz les altres avoec lui. »			152
 Maintenant vers terre se lance
et dit trestote sa creance
et orisons que il savoit,
que sa mere apris li avoit.				156
Et li mestres des chevaliers
le voit et dit: « Estez arriers,
qu'a terre est de peor cheüz
cil vaslez qui nos a veüz.				160
Se nos alions tuit ansanble
vers lui, il avroit, ce me sanble,
si grant peor que il morroit
ne respondre ne me porroit			164
a rien que je li demandasse. »
Il s'arestent, et cil s'an passe
vers le vallet grant aleüre,
si le salue et aseüre,				168
et dit: « Vallez, n'aies peor !
-- Non ai ge, par le Salveor,
fet li vaslez, an cui je croi.
Estes vos Dex ?--Nenil, par foi.			172
-- Qu'estes vos dons ? -- Chevaliers sui.		[b]
-- Ainz mes chevalier ne conui,
fet li vallez, ne nul n'an vi
n'onques mes parler n'an oï,			176
mes vos estes plus biax que Dex.
Car fusse je or autretex,
ensi luisanz et ensi fez ! »
A cest mot pres de lui s'est trez			180
li chevaliers, si li demande:
« Veïs tu hui an ceste lande
.v. chevaliers et trois puceles ? »
Li vaslez a autres noveles				184
anquerre et demander antant.
A sa lance sa main li tant,
sel prant et dit: a Biax sire chiers,
vos qui avez non chevaliers,			188
que est ice que vos tenez ?
-- Or sui je mout bien asenez,
fet li chevaliers, ce m'est vis.
Je cuidoie, biax dolz amis,			192
noveles apanre de toi,
et tu les viax savoir de moi.
Jel te dirai, ce est ma lance.
-- Dites vos, fet il, qu'an la lance			196
si com je faz mes javeloz ?
-- Nenil, vaslez, tu es trop soz !
Einz an fiert an tot demenois.
-- Donc valt mialz li uns de ces trois		200
javeloz que vos veez ci,
car quan que je vuel an oci,
oisiax et bestes, a besoing,
et si les oci de tant loing				204
com l'an porroit un bozon trere.
-- Vaslez, de ce n'ai ge que fere,
mes des chevaliers me respont.
Di moi se tu sez ou il sont,			208
et les puceles veïs tu ? 
Li vaslez au pan de l'escu
le prant et dit tot en apert:
« Ce que est et de coi vos sert ?			212
-- Vaslez, fet il, ce est abez,
qu'an altres noveles me mez
que je ne te quier ne demant !
Je cuidoie, se Dex m'amant,			216
que tu noveles me deïsses				c]
einz que de moi les apreïsses,
et tu viax que je les t'apraingne !
Jel te dirai, comant qu'il praigne,			220
car a toi volantiers m'acort.
Escuz a non ce que je port.
-- Escuz a non ? --Voire, fet il,
ne le doi mie tenir vil,				224
car il m'est tant de bone foi
que, se nus lance ou tret a moi,
ancontre toz les cos se tret:
c'est li servises qu'il me fet. »			228
 Atant cil qui furent arriere
s'an vindrent tote la charriere
vers lor seignor trestot le pas,
si li dient en es le pas:				232
« Sire, que vos dit cil Galois ?
-- Ne set mie totes les lois,
fet li sires, se Dex m'amant,
qu'a rien nule que li demant			236
ne respont il onques a droit,
einz demande de quan qu'il voit
comant a non et qu'an an fet.
-- Sire, sachiez bien antreset			240
que Galois sont tuit par nature
plus fol que bestes an pasture.
Cist est ausi com une beste.
Fos est qui delez lui s'areste,			244
s'a la muse ne vialt muser
et le tans an folie user.
-- Ne sai, fet il, se Dex me voie !
Einz que soie mis a la voie,			248
quan que il voldra li dirai,
ja autrement n'an partirai. »
Lors li demande de rechief:
« Vaslez, fet il, ne te soit grief,			252
mes des .v. chevaliers me di,
et des puceles autresi
se les ancontras ne veis. »
Et li vaslez le tenoit pris				256
au pan de l'hauberc, si le tire:
« Or me dites, fet il, biau sire,
qu'est ce que vos avez vestu ?
-- Vaslez, fet il, don nel sez tu ?			260
-- Je non.-- Vaslez, c'est mes haubers,		[362 a]
s'est ausi pesanz come fers.
-- De fer est il ?-- Ce voiz tu bien.
-- De ce, fet il, ne sai je rien, 			264
mes mout est biax, se Dex me salt.
Qu'an fetes vos et que vos valt ?
-- Vaslez, c'est a dire legier:
 
 

Back to my Home Page

NextPage