1a	Ki petit semme petit quelt,
	Et qui auques requeillir velt,
	En tel liu sa semence espande
	Que Diex a cent doubles li rande;			4
	Car en terre qui riens ne valt,
	Bone semence seche et faut.
	CRESTÏENS semme et fait semence
	D'un romans que il encomence,			8
	Et si le seme en si bon leu
	Qu'il ne puet [estre] sanz grant preu,
	Qu'il le fait por le plus preudome
	Qui soit en l'empire de Rome.			12
	C'est li quens Phelipes de Flandres,
	Qui valt mix ne fist Alixandres,
	Cil que l'en dist qui fu si buens.
	Mais je proverai que li quens				16
	Valt mix que il ne fist assez,
1b	Car cil ot en lui amassez
	Toz les visces et toz les maus
	Dont li quens est mondes et saus.			20
	Li quens est teus que il n'escoute
	Vilain g[ap] ne parole estoute,
	Et s'il ot mesdire d'autrui,
	Quels que il soit, ce poise lui.			24
	Li quens aime droite justise
	Et loiauté et sainte eglise
	Et toute vilonnie het;
	S'est larges que l'en si ne set,			28
	Qu'il done selonc l'evangille,
	Sanz ypocrisie et sanz gille,
	Qu'el dist: "Ne sache ta senestre
	Les biens quant les [fera] ta destre."			32
	Cil le sache qui les reçoit,
	Et Diex, qui toz les secrez voit
	Et set totes les repostailles
	Qui sont es cuers et es entrailles.			36
	L'evangille por coi dist ele
	"Les biens a ta senestre cele"?
	Le senestre, selonc l'estoire,
lc 	Senefie la vaine gloire				40
	Qui vient de fausse ypocrisie.
	Et la destre que senefie?
	Carité, qui de sa bone oevre
	Pas ne se vante, ançois se coevre,			44
	Si que ne le set se cil non
	Qui Diex et caritez a non.
	Diex est caritez, et qui vit
	En carité selonc l'escrit,				48
	Sainz Pols le dist et je le lui,
	Il maint en Dieu, et Diex en lui.
	Dont sachiez bien de verité
	Que li don sont de carité				52
	Que li bons quens Phelipes done;
	Onques nului n'i araisonne
	Fors son bon cuer le debonaire
	Qui li loe le bien a faire.				56
	Ne valt cil mix que ne valut
	Alixandres, cui ne chalut
	De carité ne de nul bien?
	Oïl, n'en doutez ja de rien.				60
	Dont avra bien salve sa paine
	CRESTÏENS qui entent et paine
	Par le comandement le conte				64
	A rimoier le meillor conte				63
	Qui soit contez a cort roial:
	Ce est li CONTES DEL GRAAL,
	Dont li quens li bailla le livre.
	Oëz coment il s'en delivre.				68
 
1283 	Ce fu au tans qu'arbre foillissent,
	Que glai et bois et pre verdissent,
	Et cil oisel en lor latin
	Cantent doucement au matin				72
	Et tote riens de joie aflamme,
	Que li fix a la veve fame
	De la gaste forest soutaine
1290	Se leva, et ne li fu paine				76
	Que il sa sele ne meïst
	Sor son chacheor et preïst
1d	Trois gavelos, et tout issi
	Fors del manoir sa mere issi.	 			80
	Il pensa que veoir iroit
	Herceors que sa mere avoit,
	Qui ses avaines li semoient;
	Bués doze et sis herces avoient.			84
	Ensi en laforest s'en entre,
1300	Et maintenant li cuers del ventre
	Por le dolç tans li resjoï,
	Et por le chant que il oï				88
	Des oisiax qui joie faisoient;
	Toutes ces choses li plaisoient.
	Por la douçor del tans serain
	Osta au chaceor le frain,				92
	Si le laissa aler paissant
	Par l'erbe fresche verdoiant.
	Et cil qui bien lancier savoit
1310	Des gavelos que il avoit,				96
	Aloit environ lui lanchant,
	Une eure [arriere,] l'autre avant,
	Une eure bas et autre haut,
	Tant qu'il oï parmi le gaut				100
	Venir cinc chevaliers armez,
	De totes armes adoubez.
	Et molt grant noise demenoient
	Les armes de ciax qui venoient,			104
	Que sovent hurtelent as armes
1320	Li rain des chaines et des carmes.
	Les lances as escus hurtoient
	Et tout li hauberc fresteloient;				108
	Sonent li fust, sone li fers
	Et des escus et des haubers.
	Li vallés oit et ne voit pas
	Ciax qui vers lui vienent le pas;			112
	Molt se merveille et dist: "Par m'ame,
	Voir se dist ma mere, ma dame,
	Qui me dist que deable sont
	Les plus laides choses del mont;			116
	Et si dist por moi enseingnier
1330	Que por aus se doit on seingnier,
	Mais cest ensaing desdaignerai,
	Que ja voir ne m'en seignerai,			120
	Ains ferrai si tot le plus fort
1e	D'un des gavelos que je port,
	Que ja n'aprochera vers moi
	Nus des autres, si com je croi."			124
	Einsi a soi meïsme dist
	Li vallés ains qu'il les veïst,
	Et quant il les vit en apert,
1340	Que du bois furent descovert,			128
	Et vit les haubers fremïans
	Et les elmes clers et luisans,				130
	Et vit le blanc et le vermeil				133
	Reluire contre le soleil,
	Et l'or et l'azur et l'argent,
	Si li fu molt bel et molt gent,				136
	Et dist: "Ha! sire Diex, merchi!
1350	Ce sont angle que je voi chi.
	Et voir or ai je molt pechié,
	Ore ai je molt mal esploitié,				140
	Qui dis que c'estoient deable.
	Ne me dist pas ma mere fable,
	Qui me dist que li angle estoient
	Les plus beles choses qui soient,			144
	Fors Diex qui est plus biax que tuit.
	Chi voi je Damedieu, ce quit,
	Car un si bel en i esgart
1360	Que li autre, se Diex me gart,				148
	N'ont mie de biauté la disme.
	Ce me dist ma mere meïsme
	Qu'en doit Dieu sor toz aorer
	Et suppliier et honorer,				152
	Et je aor[e]rai cestui
	Et toz les angles aprés lui."
	Maintenant vers terre se lance
	Et dist trestoute sa creance				156
	Et oroisons que il savoit,
1370	Que sa mere apris li avoit.
	Et li maistres des chevaliers
	Le voit, et dist:  "Estez arriers!			160
	A terre est de paor cheus
	Uns vallés qui nos a veus.
	Se nos alions tuit ensamble
	Vers lui, il aroit, ce me samble,			164
	Si grant paor que il morroit,
	Ne respondre ne me porroit
1f	A rien que je li demandaisse."
1380	Cil s'arestent et il s'en passe				168
	Vers le vallet grant aleüre,
	Si le salue et asseüre
	Et dist:  "Vallet, n'aiez paor."
	&emdash; "Non ai je, par le Salveor,			172
	Fait li vallés, en cui je croi.
	N'iestes vos Diex?" &emdash; "Naie, par foi."
	&emdash; "Qui estes dont?" &emdash; "Chevaliers sui."
	&emdash; "Ainc mais chevalier ne conui,			176
1390	Fait li vallés, ne nul n'en vi
	N'onques mais parler n'en oï,
	Mais vos estes plus biax que Diex.
	Cor fuisse je ore autretiex,				180
	Ausi luisanz et ausi fais."
	Maintenant pres de lui s'est trais,
	Et li chevaliers li demande:
	"Veïs tu hui par ceste lande				184
	Cinc chevaliers et trois puceles?"
	Li vallés a autres noveles
	Enquerre et demander entent;
1400	A sa lance sa main li tent,				188
	Sel prent et dist: "Biax sire chiers,
	Vos qui avez non chevaliers,
	Que est or che que vos tenez?"
	&emdash; "Or sui je molt bien assenez,			192
	Fait li chevaliers, ce m'est vis.
	Je quidoie, biax dols amis,
	Noveles aprendre de toi,
	Et tu les vels oïr de moi;				196
	Sel te dirai, ce est ma lance."
1410	&emdash; "Dites vos, fait il, c'on la lance
	Si com je faz mes gavelos?"
	&emdash; "Naie, vallet, tu iez toz sos!			200
	Ains en fiert on tot demanois."
	&emdash; "Dont valt miex li uns de ces trois
	Gavelos que vos veez chi;
	Que quanques je weil en ochi,			204
	Oisiax et bestes au besoig,
	Et si les ochi de si loing
	Come on porroit d'un bojon traire."
1420	&emdash; "Vallet, de che n'ai je que faire,			208
	Mais des chevaliers me respont.
2a	Di moi se tu sez ou il sont,
	Et les puceles veïs tu?"
	Li vallés al pié de l'escu				212
	Le prent et dist tot en apert:
	"Ce que est et de coi vos sert?"
	&emdash; "Vallet, fait il, ce est abés:
	En autre novele me mes				216
	Que je ne [te] quier ne demant.
1430	Je quidoie, se Diex m'avant,
	Que tu noveles me deïsses
	Ainz que de moi les apreïsses,			220
	Et tu vels que je tes apraigne.
	Je te dirai, coment qu'il praigne,
	Car a toi volentiers m'acort:
	Escu a non ce que je port. "				224
	&emdash; "Escu a non?" &emdash; "Voire, fait cil,
	Ne le doi mie tenir vil,
	Car il m'est tant de bone foi
1440	Que se nus lance ou trait a moi,			228
	Encontre toz les cops se met.
	C'est li services qu'il me fet."
	Atant cil qui furent arriere
	S'en vindrent tote la charriere			232
	Vers lor seignor plus que le pas,
	Si li dïent isnellepas:
	"Sire, que vos dist cist Galois?"
	&emdash; "Il ne set pas totes les lois,			236
	Fait li sire, se Diex m'amant,
1450	C'a rien nule que li demant
	Ne me respont il ainc a droit,
	Ains demande de quanqu'il voit			240
	Coment a non et c'on en fait."
	&emdash; "Sire, sachiez tot entresait
	Que Galois sont tot par nature
	Plus fol que bestes en pasture;			244
	Cist est ausi come une beste.
	Fols est qui dalez lui s'areste,
	S'a la muse ne velt muser
1460	Et le tans en folie user."				248
	&emdash; "Ne sai, fait il, mais se Dieu voie,
	Ains que soie mis a la voie,
	Quanqu'il voldra tot li dirai;
	Ja autrement n'en partirai."				252
2b	Lors li demande de rechief:
	"Vallet, fait il, ne te soit grief,
	Mais des cinc chevaliers me di
	Et des puceles autresi					256
	S'ui les encontras ne veïs."
1470	Et li vallés le tenoit pris
	Par le hauberc, et si le tyre.
	"Or me dites, fait il, biax sire,			260
	Que c'est que vos avez vestu?"
	&emdash; "Vallet, fait il, dont nel ses tu?"
	&emdash; "Je non." &emdash; "Vallet, c'est mes haubers,
	S'est ausi pesans come fers,				264
	Qu'il est de fer, ce vois tu bien."
	&emdash; "De ce, fait il, ne sai je rien,
	Mais molt est biax, se Diex me saut.
 
 

Back to my Home Page

NextPage